Bloomberg aligne USD 500 millions pour son projet Beyond Carbon

Bloomberg aligne USD 500 millions pour son projet Beyond Carbon

Devant les étudiants fraîchement diplômés du MIT, Michael Bloomberg, ancien Maire de New York, a révélé, vendredi dernier, le plan de sa Fondation. Ingénieur lui-même, diplômé de John Hopkins et Harvard,  et devenu milliardaire en développant une entreprise (éponyme) de services financiers, il était la personnalité de prestige invité à prononcer le discours de la cérémonie de "commencement 19" (remise des diplômes à tous les gradués de l'année) du MIT. Angela Merkel jouait quelques jours plus tôt (et deux arrêts de métro plus loin) le même rôle à Harvard. 

Du beau linge à Cambridge qui ne s'est pas ému pour autant: pas de mesures de sécurité particulières dans la ville qui n'a rien changé à ses habitudes. 

Le discours de Bloomberg en résumé: le Président Kennedy (un Bostonien dont le clan tient toujours les affaires politiques dans le Massachusetts: son petit  neveu - le petit-fils de Ted - est sénateur et il était en bonne place dans la Pride Parade de samedi) a décidé il y a plus de 50 ans d'envoyer des Américains sur la lune. C'était le challenge (réussi en 69) qu'il fallait non seulement aux USA mais aussi au monde puisque ça a été le début d'une ère d'innovation technologique sans précédent. Le MIT a lui-même contribué à la conquête de l'espace: le système de navigation d'Apollo a été inventé ici. Cette technologie a donné naissance à Draper (un de nos voisins à Cambridge). Pour Bloomberg, le challenge, aujourd’hui, est le réchauffement climatique et il n'est plus technologique mais politique. Nous avons, selon lui, les moyens technologiques de combattre le réchauffement mais pas la volonté politique. Il va donc mettre USD 500 millions sur la table avec 2 objectifs: aider au niveau local les communautés qui n'ont pas les moyens d'entamer la transition vers les énergies renouvelables en fermant les centrales au charbon et à gaz et supporter les candidats politiques qui auront inscrits la problématique du réchauffement au coeur de leur programme. 

Un discours assez partisan donc. Et  surprenant de la part de cet ingénieur. Si le problème de l'énergie et des ressources était résolu d'un point de vue technologique de telle sorte qu'il suffise d'avoir la simple volonté de passer au renouvelable, ça se saurait. En fait, cette annonce s'inscrit dans la campagne électorale qui a déjà largement commencé ici en vue de 2020. Les Démocrates essayent de se positionner sur les questions de santé et sur le "New Green Deal" supporté par ses éléments les plus radicaux (AOC, Sanders, etc.) mais peinent à se dégager de leur obsession anti-Trump. Ils se divisent sur la question de l'impeachment (procédure de destitution) qui n'a par ailleurs aucune chance d'aboutir. Par ailleurs, à ce stade, le Président Trump se situe, dans les sondages, en dessus du score d'Obama au même moment de son premier mandat...

Un discours politique dont la nature n'a pas échappé aux nouveaux diplômés qui ont applaudi sans plus. 

 

09.06.2019