Balade à travers les Etats fondateurs

Balade à travers les Etats fondateurs

De Boston à New York en passant par Providence, New Haven, Philadelphia, Baltimore et Washington. C'était le programme de transition entre ces trois derniers mois de rêve ("comme dans une comédie musicale", dit Murielle) à Boston et le Japon, la prochaine étape. 

Au-delà de la richesse intellectuelle, culturelle et économique de ces régions, le plus frappant dans les Etats de la côte nord-est des USA est une référence omniprésente à la valeur fondamentale et fondatrice des Etats-Unis : la liberté.

Tout y fait rapport. A tel point qu’un seul mot ne suffit pas au très riche vocabulaire anglais : On utilise Freedom et Liberty.

Ils sont synonymes mais avec des nuances. Le terme Liberty est une forme de Freedom. Le terme Liberty implique la responsabilité et le devoir dans le cadre d’une société ou un système de croyances philosophiques plus larges. En revanche, Freedom fait référence à la capacité brute (raw ability) d'agir et de faire ce que l'on veut.

En d'autres termes, Liberty est le pouvoir d'agir et de s'exprimer selon sa volonté tandis que Freedom est le pouvoir de décider de ses actions. Freedom est donc un concept plus concret que Liberty.

Liberty vient du mot latin "libertatem" qui signifie "condition d'un homme libre" tandis que Freedom vient du mot anglais "freodom" qui signifie "état du libre arbitre".

On pourrait oser : Liberty est accordée, Freedom est acquise. Liberty est sociale ou légale, Freedom est individuelle et légitime.

Sous une forme ou l’autre, elle est omniprésente. C’est devenu un branding : des commerces, des rues, des associations, toutes sortes de produits portent son nom. Certains se souviennent que les French Fries sont devenues, par mesure de rétorsion, les Liberty Fries après que Chirac avait refusé de soutenir l’intervention US en Irak sous G.W. Bush II.

 

 

Freedom ou Liberty sont omniprésentes dans les 13 Etats fondateurs parce que c’est là qu’est née la Révolution américaine. La devise du New Hampshire est Live Free or Die, chaque plaque d’immatriculation est là pour le rappeler.

 

 

 

 

 

 

 

Le 1er amendement de la Constitution détaille les principaux domaines d’application de la liberté américaine. L’exercice de toute religion, l’expression, la presse, le rassemblement sont protégés par la loi. C’est une vision exceptionnelle. On est à la fin du 18ème siècle, plus d’une décennie avant la Révolution française, les pères fondateurs couchent ainsi sur le papier les bases d’une civilisation nouvelle qui, grâce à ces valeurs, ou plutôt à leur équilibre – la liberté étant largement prédominante – va propulser l’humanité vers de nouveaux horizons. 

 

Cette intuition de la puissance de la liberté accordée à des immigrants en quête de nouvelles vies, d’un nouveau futur est fortement liée à la liberté d’entreprendre : indépendance, responsabilité individuelle, prise de risque, retour sur investissement. Ce n’est pas un hasard : les pères fondateurs étaient des entrepreneurs, pas des purs penseurs. Les deux Bostoniens en tête : Sam Adams et sa famille géraient une brasserie et John Hancock était dans les affaires. A Philadelphie, Benjamin Franklin était imprimeur avant d’être inventeur. La famille de Thomas Jefferson, génial troisième président des Etats-Unis, possédait une plantation.

 

 

 

 

Malgré les attaques très fortes que subissent les principes du 1er amendement sous les coups de la gauche américaine actuelle, l’attachement à la liberté reste très fort. Il est toujours lié à l’esprit d’entreprise et participe au dynamisme de l’économie.

 

 

Avec, parfois, comme toujours dans les success stories, quelques solides contradictions. On parle du fameux Paradoxe de la liberté à propos de Thomas Jefferson (à droite). Au moment où il hérite des affaires de son père à l’âge de 14 ans, celui qui devenu Président proposera l’abolition progressive de l’esclavage, possède plus de… 600 esclaves.

 

Ps: l'égalité n'est pas complètement absente de ce système de valeur basé sur la liberté. On distingue simplement, ce qui n'apparaît pas vraiment comme admis en Europe, égalité de résultat et égalité d'opportunité. Ça fait toute la différence...

 

10.08.2019